Nous avons eu l’occasion de séjourner dans un village Karen, dans la vallée de Doi inthanon près de Chiang Mai. Et wow quelle expérience. Passer du temps auprès de cette tribu nous a complètement fait repenser notre façon de voyager et s’intégrer aux cultures. On a donc décidé de partager avec vous ce qu’on avait appris en espérant que ça vous inspirera pour profiter à fond de vos prochains voyages.

Pour la petite histoire

Les Karens, cela fait des siècles qu’ils se sont installés au Nord de la Thaïlande, on les retrouve d’ailleurs aussi à la frontière Birmane. Une tribu très ancienne qui était déjà présente sur le sol Thaïlandais avant les Thaïs.

Ils vivent en communauté dans les montagnes dans des maisons sur pilotis. C’est tellement charmant, cette simplicité de vie, franchement c’est un vrai vent d’air frais. Ils évoluent en complète autarcie avec leur bœufs, porcs et utilise l’eau des rivières.

Ils vivent principalement du tissage, du riz et des fraises deux cultures dont ils sont experts ! Eh oui, les fraises, qui l’aurait cru ! Les Karens ont un véritable savoir-faire quand il s’agit de creuser le flanc de la montagne en terrasses pour leur plantations de riz. Jugez-en par vous même !

Au niveau des valeurs,il était certain qu’à peine franchis l’entrée du village, on allait se prendre une claque. Ça n’a pas manqué. En fait notre rencontre avec la tribu Karen a complètement changé notre façon de voir les choses et de voyager. Un vrai moment feel good que l’on a échangé avec eux et qui nous a donc beaucoup appris et remis en question. On s’est donc dit qu’on allait partager ça avec vous.

Ça vous est déjà arrivé une rencontre de ce genre, vous ?

L’ouverture vers les autres

La tribu Karen est très conservatrice mais étonnamment reste très ouverte et extrêmement sociable. Il ne nous a pas été difficile de les approcher et d’entrer en contact avec eux. Ils se sont montré d’une extrême générosité avec nous alors qu’on se connaissait ni d’Eve ni d’Adam et nous ont même offert le déjeuner. Il n’y avait pas de méfiance, seulement du partage.

Pas seulement voyager pour visiter les lieux “à voir